Comment se débarrasser de sa poubelle de salle de bain? #zéro-déchet

« Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Composter » disait une certaine Béa Johnson, pas facile à faire et d’aller à contre-courant…Ce sont nos habitudes qu’il faut repenser si nous voulons réduire nos déchets au maximum et pour ma part, tout s’est fait petit à petit, j’ai cherché des alternatives à chaque chose que je jetais jusqu’au jour où je me suis rendue compte que ma poubelle de salle de bain était devenue inutile.

Je ne suis pas parfaite et loin d’être un modèle du zéro-déchet mais comme beaucoup (comme vous peut-être ?) j’essaie d’apporter chaque jour ma petite pierre à l’édifice. Comme je peux.  Alors, comment apporter la vôtre ? Voici la liste des différentes alternatives que j’ai trouvées.

Les cotons

C’est tellement plus agréable d’utiliser des cotons lavables ! Ils ne se déchirent pas, on peut choisir la couleur, la taille et la matière. Il ne prennent pas de place dans la machine à laver donc vous pouvez tout à fait les laver en même temps que le reste (pas de machine en plus), c’est très économique mais surtout, c’est écologique ; la culture du coton étant une des plus polluantes à cause son énorme nécessité en eau.

Si vous avez une machine à coudre, vous pouvez faire vos lingettes lavables vous-mêmes. Je suis une quiche une débutante en couture et j’ai trouvé ça très facile et rapide.

Pour ce faire, je vous conseille d’utiliser du tissu bio. J’ai commandé le mien sur le site Tiloudou, (site spécialisé en tissus pour la confection des couches et lingettes lavables)  et pour moins de 10 euros, j’ai pu faire une cinquantaine de lingettes démaquillantes.

Autre solution : les acheter.

 Les tendances d’emma

Une jolie marque que j’ai découvert il y’a quelques années avec de belles valeurs et des belles boîtes.

Lamazuna

J’ai adoré l’idée, des lingettes lavables, qui s’utilisent simplement avec de l’eau. Il vous suffit juste de les humidifier et le tour est joué. Je les ai utilisées longtemps mais j’avoue que la sensation du coton lavable tout doux avec l’huile végétale me manquait. Je ressortirai les Lamazuna pour mes prochaines vacances, ce qui allègera un peu plus ma trousse de toilettes.

 

Les cotons-tiges

Bientôt en voie de disparition ; ils seront interdits à la vente à partir de 2020. Donc, en attendant, on peut s’entraîner avec l’oriculi de Lamazuna qui est quand même beaucoup plus jolie (et en pus, ça rime).

Pour les adeptes comme moi du coton-tige pour le maquillage, il en existe des bio-dégradables ou compostables ou sinon, essayez juste de ne pas faire votre trait eye-liner avec la main gauche.

Le dentifrice

En plus, de produire des déchets, les tubes de dentifrice sont bourrés de produits nocifs pour la santé. Il s’agit d’une des plus grosses abbérations du système. Le dentifrice, en lui-même n’est pas vraiment indispensable, il suffirait juste de bien se brosser la plaque dentaire pour s’éviter des caries.

Et vous pouvez le fabriquer :

Mélanger dans un petit bocal en verre 4 cas d’argile blanche, 1 cas de bicarbonate de soude et 5-6 gouttes d’huiles essentielles de menthe poivrée. Et voilà c’est prêt ! Vous n’avez plus qu’à tremper votre brosse à dents humide dans votre pot.

Il existe aussi du dentifrice solide. Je ne l’ai pas encore testé.

Les mouchoirs

Non ce n’est pas sale les mouchoirs en tissus, à condition que vous les laviez après les avoir utilisés ! Et d’ailleurs, mon nez me dit merci. C’est quand même beaucoup plus agréable…On nous a habitué aux mouchoirs papiers depuis les années 60 en oubliant qu’avant cette période,  tout le monde se mouchait dans du tissu.  C’est plus doux, c’est économique, vous pouvez les personnaliser et vous diminuer votre empreinte carbone, qui dit mieux?

Les serviettes hygiéniques et les tampons

La publication des dernières études sur les tampons et les serviettes hygiéniques sont alarmantes et nous ont toutes bien fait flipper et pour cause:

Des dioxines, glyphosate et autres pesticides, voilà ce que les industriels infligent chaque mois aux femmes en les exposant à des risques dangereux pour leur santé. Heureusement, d’autres alternatives plus saines et qui génèrent moins de déchets existent :

Tout d’abord, la coupe ou cup menstruelle ; quelle belle invention ! Ce petit objet , la plupart du temps en silicone qui ressemble à un petit entonnoir est révolutionnaire ; Il est écologique , économique et  facile d’utilisation, il remplacera très bien vos tampons.

Pour celles qui ont du mal avec la cup, il existe des serviettes hygiéniques lavables.

Pour les motivées, vous trouverez des tutos pour leurs confections, sinon faites comme moi, achetez-les toutes faites, elles seront amorties en quelques mois.

 

shampooings solides et savon de la marque Gaia.

Le gel douche et le shampooing

Et bien, là c’est tout simple, je me lave le corps et le visage avec un pain de savon d’Alep: pas de bouteille plastique et ça fait très bien le job. Dernièrement, j’ai acheté le savon surgras de Gaïa qui sent vraiment très bon, je l’utilise pour le visage car j’ai la peau fragile.

Pour les cheveux, plusieurs marques proposent des shampoings solides ; vous en trouver chez Lush (attention à la composition, non-issus de l’agriculture biologique) ou en encore et encore Lamazuna et pachamamai.

La seule difficulté que j’ai trouvée à tout ça est le stockage des savons. Il faut les conserver dans des endroits secs (donc évitez le rebord de la baignoire), cela vous évitera la compote de savons.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *