Une vaisselle écolo et im-pe-ccable

Voilà un article que je voulais écrire depuis un petit moment car cette nouvelle alternative dans ma cuisine a été une révolution pour mon mari et pour moi. Comme beaucoup, je fais la vaisselle plusieurs fois par jour (même en ayant un lave-vaisselle). L’utilisation de ces petites gratounettes jaunes et vertes qu’on jette au bout d’un mois et le liquide dégraissant qui décapait même mes mains n’était finalement pas en accord avec mes principes.

J’ai donc cherché des alternatives simples, saines, écologiques, économiques mais aussi efficaces.

J’ai d’abord voulu m’attaquer à l’usage du liquide vaisselle.

Lorsque je le choisissais, j’étais réceptive à la couleur (assortie à ma cuisine…), au parfum, s’il n’allait pas me faire des trous dans mes mains dès la première utilisation etc. Mais j’avoue que ne regardais pas forcément la composition et de toutes façons, je n’aurais rien compris ! Oui, car lorsque l’on retourne la bouteille, nous pouvons lire ce genre de petites choses :

 

  • Sodium C12-C14 Ethoxylated Alcohol E0 2-3/1 sulfate
  • Lauryl Amidopropyl  Dimethyl Amine Oxide
  • Myristyl Amidopropyl Dimethyl Amine Oxide
  • Sodium lactate
  • Sodium chloride
  • Parfum
  • Methylisothiazolinone

 

Pas joyeux. Ces tensio-actifs issus de la pétrochimie sont rejetés dans  la mer et empoisonnent la faune et la flore marine, ainsi que la végétation côtière. De plus, ces substances sont des puissants perturbateurs endocriniens qui comme on le sait maintenant sont très nocifs pour notre santé.

 

Je me suis tout d’abord attelée à la confection du liquide vaisselle…un échec. Mon produit-maison était très vite devenue de la gelée en bouteille et donc impraticable. Je sais que beaucoup en font et que c’est donc une alternative qui peut-être très efficace à condition d’avoir la bonne recette mais j’avoue qu’après plusieurs tentatives, j’ai très vite abandonné. Un jour, alors que je n’avais rien sous la main (à part ma gelée jaune qui stagnait dans une bouteille au bord de l’évier), j’ai donc tout simplement frotté mon éponge sur mon pain de savon de Marseille…et oh miracle ! Ca lave ! Et ça lave bien !

Bon, ensuite, j’ai vite compris par mes recherches que je n’étais pas pionnière de cette trouvaille!

 

Voilà, pourquoi depuis ce jour, je n’ai jamais retenté une recette de liquide-vaisselle. Plus de bouteille plastique à jeter, respectueux de mes mimines et de l’environnement, ça mousse bien et dégraisse et c’est ultra économique.

 

Mon deuxième combat : l’éponge !

Je ne sais pas vous mais j’ai toujours trouvé que cet accessoire était très sale dès la première utilisation. Donc, dès que j’avais atteint un laps de temps raisonnable pour enfin la jeter, c’était un réel soulagement. Mais malheureusement, cela ne durait que très peu de temps et la poubelle de ma cuisine en accueillait en moyenne une dizaine chaque année (sans compter celle de la salle de bain). Le procédé de fabrication de l’ami des hérissons est très énergivore et présente une faible capacité de recyclage, ce qui en fait un produit à bannir si on souhaite préserver la planète.

 

Pour cette fois, je n’ai pas eu à chercher longtemps. En fouinant sur le net, je suis vite tombée sur des articles qui parlaient des tawashis.

Ces petites éponges japonaises et écologiques faites maison sont tricotées ou  crochetées et ont le mérite d’avoir une durée de vie d’environ 6 mois en usage intensif. J’ai pu facilement m’en procurer via le site Little Market sur la boutique Tawashis&Co: https://www.alittlemarket.com/boutique/tawashi_et_cie-1623011.html.

Ca ne gratte certes pas aussi bien que le vert du gratte –gratte tout sale de l’éponge mais pour ça, j’ai trouvé la solution : j’ai dégoté dans ma biocooop  le super gratte-gratte en maille de cuivre qui est totalement recyclable  et qui ne raye pas (je gratte ma plaque de cuisson vitro-céramique avec).

On peut utiliser aussi une brosse pour la vaisselle mais je n’ai pas encore testé.

 

Et voilà comment j’ai transformé mon rebord d’évier ! Je trouve cette alternative vraiment économique et efficace, je regrette de ne pas avoir fait ça avant…

 

Et vous comment faites-vous ?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *