Maman, comment on fait les yaourts?

Aujourd’hui, je vous présente un petit nouveau dans ma cuisine : la yaourtière.

Je n’ai pas longtemps hésité avant de l’acheter (je dirais même que c’était un achat « coup de tête ») mais je ne suis pas du tout

déçue…Démonstration.

 

Pourquoi une yaourtière?

Mon mari et moi ne sommes pas de gros consommateurs de yaourts ; si j’ai opté pour une yaourtière, c’est pour mon tsunami de deux ans qui en raffole. La raison de cet achat n’est pas seulement économique (même si vous verrez que la machine est très vite amortie), mes motivations étaient plus d’ordre écologique à la base : je cherchais une alternative plus responsable que de jeter les pots en plastique ;Théoriquement, les pots de yaourts sont recyclables mais cela couterait beaucoup trop cher aux entreprises qui s’en occupent, alors nous les jetons dans notre poubelle en attendant l’incinération.

 

 

Et si je n’ai pas le temps?

Après avoir enfin trouvé l’option « yaourtière », je me suis ensuite inquiétée du temps que cela allait me coûter ; et oui, car lorsque l’on travaille à temps complet, qu’on décide de cuisiner, de faire ses propres produits ménagers, ses produits d’hygiène et de beauté tout en essayant de produire le moins de déchets possibles, je pense qu’il vaut mieux éviter d’aller dans l’extrême et finir par passer son dimanche après-midi à faire des yaourts, ce n’est que mon avis.

Bref, la yaourtière, elle est géniale car elle bosse toute seule (ou presque).

 

Le choix de la yaourtière

J’ai préféré la marque Séverin pour sa simplicité, son efficacité et son prix : 27,99 euros sur le site Amazon, prix plus bas que d’autres marques, justifié je pense par l’absence de nombreux gadgets proposée par d’autres modèles, j’ai donc préféré miser sur le minimalisme.

 

 

Elle est vendue avec 14 pots de 150 ml permettant une meilleure rotation dans la fabrication des yaourts car la machine supporte 7 pots à la fois.

Un petit livre de recettes est fourni avec afin de varier les saveurs.

L’utilisation est tout ce qui a de plus simple ; un seul interrupteur, pas de températures, pas d’options…

Et enfin…la recette.

Pour vous donner une idée, je vais vous présenter ma recette des yaourts nature au lait de chèvre. Je choisis à la chèvre car ce sont des yaourts qui, je trouve, sont vendus très chers en magasin : compter environ 70 centimes à un euro le yaourt de 125 ml.

 

Ici, j’ai eu besoin de :

  • 1 bouteille de lait de chèvre de 1 litre à 2,16 euros.
  •  1 yaourt au lait chèvre à 0,70 euros.
  •  2 gr d’agar-agar à 0,35 euros.

 

  1. Mettre le lait de chèvre à ébullition avec l’agar-agar tout en remuant le mélange avec une grande cuillère en bois.
  2. Laisser refroidir le tout à 40 degrés, ajouter le yaourt. Bien mélanger.
  3. Verser et répartir le mélange dans les pots et bien les refermer.
  4. Mettre les pots dans la yaourtière et appuyer sur le bouton !

 

C’est très simple, il vous suffit juste de faire attention au temps ; en effet, bien attendre au moins 8 heures sans excéder 12 heures (généralement, je lance la machine le soir avant de me coucher).

Et voilà, vous avez un yaourt au lait de chèvre fait-maison de 150ml pour 0,46 euros, soit moitié prix par rapport à ceux vendus dans le commerce et ils sont très bons ! Vous pouvez bien entendu les aromatiser comme bon vous semble.

Pour les yaourts au lait de chèvre, j’ai ajouté de l’agar-agar, ingrédient non-indispensable si vous utilisez du lait de vache ; le lait de chèvre n’est pas riche en ferment lactique, il faut donc ajouter un d’épaississant afin de lui donner une meilleure consistance.

 

Voici donc un excellent investissement pour sa cuisine si vous avez des enfants ou si vous aussi aimez en manger.

 

N’hésitez pas vous aussi à partager vos astuces pour faire des bons yaourts.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *